Il y a un peu plus de 15 ans je revenais d’un tour du monde
365 jours de voyage,
365 jours de découverte,
365 jours de rencontres,
365 jours à avoir les yeux grands ouverts, le nez au vent,
3 continents, 15 pays, 3 amies et autant de sacs à dos.

J’ai beaucoup appris sur moi pendant ces 365 jours :
J’ai connu mes limites physiques et morales,
J’ai découvert mes forces et mes envies,
J’ai beaucoup grandi.

J’ai surtout constaté que nous étions extrêmement chanceux de vivre sur une si belle planète
Les montages de l’Himalaya, les couchers de soleil d’Océanie, les mystères de l’Amazonie ne sont que quelques magnifiques endroits où j’ai eu la chance de me promener.

J’ai vu aussi des champs de sacs de plastiques, des fleuves ultra pollués, des forêts dévastées.
En rentrant j’ai eu ce souhait tellement fort, que tous un jour, puissiez voir ce que j’ai pu voir,
En rentrant j’ai commencé à changer mon comportement.
J’ai ajouté quelques gestes à mon quotidien, j’en ai enlevé d’autres.
Je fais au mieux depuis, c’est la théorie du Colibri.

Aujourd’hui je vais faire un pas de plus en ajoutant un geste dans mon entreprise.
A partir de 2020 tous contrats signés, engendrera la plantation d’un arbre.
C’est ma façon d’impliquer ceux avec qui je travaille dans un mouvement qui me tient vraiment à cœur.

C’est la théorie du Colibri :
Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : “Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! ”

Et le colibri lui répondit : “Je le sais, mais je fais ma part.”